31 juillet 2012

Beau matin triste

Le soleil est fort, plein mon salon. Dans la fenêtre, c'est tout bleu, premier jour où j'ai autant de gloires du matin. Il fait un peu trop chaud. C'est un matin parfait.
Mais c'est pas le matin que j'attendais, et je pleure.
Et je pleure encore plus en me disant qu'il y a rien de plus triste que les pleurs le matin, rien de plus triste quand le matin est aussi beau que de pleurer en regardant les fleurs dans la fenêtre.

Qu'est-ce que tu as fait de moi?


27 juillet 2012

Trop tard au téléphone avec mon frère

- D'expérience, je peux te dire que tout, tout, tout prend plus de temps que prévu.
- C'est la loi de Murphy ça.
- Murphy c'est pas lui qui dit que ta toast va tomber par terre à l'envers?
- Murphy c'est lui qui te dit que toute va finir par chier anyway.

25 juillet 2012

Depuis que t'es parti

Ils sont tous partis en même temps, les trois. Du jour au lendemain, j'ai eu rien que ça à faire, travailler.

Depuis que t'es parti, y'a même pas 48 heures, mon chapitre 4 a avancé de 22 pages. Y va être trop long ce chapitre, c'est clair.
Je me couche trop tard, me lève trop tôt. Je déjeune du café, dîne des toasts au beurre de peanut avec full de miel, soupe des corn flakes avec des bananes.
Toutes les 3 heures je fais une sieste pour les quelques minutes avant de m'endormir où je t'imagine nu à côté de moi, et pour me remettre les idées en place, un peu.
Va falloir que je fasse la vaisselle juste après-demain, au pire, parce que j'aurai pu de tasses propres.
C'est tu une vie ça?

Il faut ce qu'il faut, dixit ma directrice.

24 juillet 2012

En tout cas

Je voulais juste te dire que je regretterai sans doute pour toujours les quelques minutes où tu as tenu ma main froide dans la tienne.

23 juillet 2012

Une autre version du destin

J'essaie toujours de me rassurer et d'alléger la vie en me disant que les deuxièmes chances existent, qu'on y a droit, que rien n'est irréversible, que les erreurs s'effacent et les déchirures se patchent. Puis je me regarde aller et je comprends pourquoi je n'arrive jamais, jamais à me rassurer là-dessus. Je suis trop superstitieuse et beaucoup trop idéaliste pour croire en une possible deuxième chance.
C'est raté? Ben ça devait l'être. Passe à autre chose.
Le monde ne s'arrête pas là.
S'accrocher, c'est comme l'échec multiplié par l'infini.

22 juillet 2012

Tu peux pas avoir peur d'une fille

Il aurait fallu que tu fasses un homme de toi et que tu me frenches sans me laisser de choix. Il aurait fallu que tu t'en foutes un peu de mes sentiments, que tu penses juste à toi, que tu profites de moi, que tu m'envoies promener quand je dis non. Il aurait fallu que tu me jettes, que tu m'oublies, que tu me détestes. Il aurait fallu que tu me regardes avec assurance, avec arrogance même, si tu veux. Il aurait fallu que tu m'impressionnes, que tu m'intimides, que tu me fasses peur.


Et je t'aurais aimé un peu.
Je t'aurais respecté en tout cas.

21 juillet 2012

Panique

Tu es la seule personne que je peux appeler à répétition, en laissant sonner à l'infini, et rappeler jusqu'à ce que tu répondes, sans savoir exactement ce que je veux te dire, et surtout sans me sentir harcelante.
Tu as fini par répondre, mais tu ne pouvais pas me parler, j'ai dit ok parce que je m'y attendais, quand même.
Mais ensuite j'étais comme dans un film et je pouvais pas arrêter de pleurer, parce que je m'ennuie déjà, parce qu'elle s'en va loin et longtemps, parce que tu disparais de ma vie de plus en plus, parce que j'ai pas encore réussi à dire à personne et même pas à toi à quel point je freak out de me sentir comme ça, à quel point j'ai peur d'avoir mal, à quel point mon amour est dévastateur déjà et à quel point il est dur à porter en secret.

J'ai besoin de toi, mais t'es nulle part, t'as disparu, t'es comme le fantôme de mon confident.

20 juillet 2012

Les matins avec toi

Plus que le soir et la nuit, j'aime les matins avec toi. Quand le soleil remplit tout et que ta peau claire semble diffuser sa propre lumière, quand j'ouvre les yeux quelques secondes avant toi pour te voir sourire, quand tout est paix et que le réveil nous fait rire.
Il fait beau!
On dirait qu'on a passé la nuit dans le même rêve, pas besoin de rien expliquer, nos mondes sont devenus notre monde.
Ils sont légers les matins avec toi, et doux, et ils sentent bon.

17 juillet 2012

Insécurité

Il fixe mes yeux des siens et j'ai du mal à soutenir son regard intense et bleu. Les sourcils froncés, on dirait qu'il pourrait pleurer tout à coup, juste là, concentré, comme s'il lisait tout sur mon visage.
Allez, explose. Je peux pas. Oui tu peux. Non, tu comprends pas.
Il comprend pas qu'alors je serais comme brisée, l'âme à vif, que ma peur qu'il se tanne et parte emplirait tout, que je deviendrais autre, absolument, entièrement, profondément amoureuse. Ça, ça fout la chienne.
Je peux pas, tu comprends, je peux pas, pas encore.

12 juillet 2012

Soir d'été à la maison

On a fait planer des cailloux sur la crête des vagues et dans leur creux. Le soleil était descendu derrière le gros nuage de pluie qui couvrait la côte nord, il ventait fort mais ça sentait l'été. Je ramassais des roches pour son gros aquarium, je lui en avais promis de Rivière-Ouelle, quand Papa, après en avoir parlé pendant une bonne demi-heure, est entré dans l'eau. Il est redevenu lui-même depuis qu'il est amoureux, ça faisait bien 10 ans qu'il ne s'était pas baigné dans le fleuve. C'était féerique. Je suis montée sur le quai, m'y suis assise les pieds dans le vide. Le vent était tellement violent qu'on aurait dit que juste l'air lui-même aurait pu me jeter en bas.
Le vertige m'a fait penser à toi. Tu aimerais cet endroit.

11 juillet 2012

Ah...

Peut-être que simple c'est pas le contraire d'intense?

J'avais jamais pensé à ça.

08 juillet 2012

Simple

J'arrête pas de penser à toi.
Et j'arrête pas de me dire qu'il faut garder ça simple.
Simple.
Mais j'arrive pas à définir simple.

07 juillet 2012

Savoir se taire

J'essayais de lui expliquer à peu près la seule chose en laquelle je crois... Que les détails de chacune des secondes déterminent les détails des secondes suivantes.
Il était suspendu à mes lèvres... De toute évidence pas aux mots qu'elles prononçaient.
Alors je me la suis fermée, et je l'ai embrassé.
Simple comme ça.

04 juillet 2012

Ça va bien!

Tu sais que ça va bien quand tu as plus qu'un élément par jour à ajouter à ton mur de ces petites choses de la vie que tu aimes par dessus tout.

03 juillet 2012

C'est con

Je me sens comme une ado à côté de toi. Une petite fille qui a rien vécu.
Et j'ai envie que tu me touches encore. Plus.
Mais j'ai peur aussi, un peu. De mes folies de grandeur.
De mes idées du monde. De ce monde que je ne connais pas.