08 août 2010

Un mois de ce sentiment de plénitude, et comme une étoile filante que j'aperçois sans avoir eu à observer le ciel, tu apparais dans le dernier rêve de ma nuit, celui duquel je me réveille et qui colore jusqu'à la fin ma journée.
Toi. Toi, tu me manques.