28 juin 2010

Bagage

Je remplis mon sac à dos, avec le minimum, le plus serré possible, et je voudrais pouvoir laisser ma tête dans ce tiroir vide, la laisser ici et peut-être la mettre aux vidanges à mon retour. Sûrement pourrie par toutes les idées d'amour que j'aurais cessé d'entretenir. Pleine d'asticots qui auraient trouvé que ça goûte donc bon, l'espoir, que c'est donc sucré, la naïveté. Asséchée de ton souvenir qui aurait fini par s'évaporer.

48 jours c'est pas assez long, l'Amérique centrale c'est pas assez loin.

18 juin 2010

Cette prof qu'on voudrait comme grand-mère

"Ça demande beaucoup d'énergie d'exister."

(Suzanne Lemerise)

16 juin 2010

Once in a lifetime

Une canicule en mai, c'est comme toi qui dis je t'aime.

14 juin 2010

Connexion

Il y a comme un mur autour des gens, un drôle de mur qui n'est pénétrable que par WiFi. Sans Internet ni téléphone, tu te rends compte assez vite qu'en réalité, tu n'es connecté à personne. Personne personne.

07 juin 2010

On s'est dit adieu tellement de fois

Nos adieux n'ont jamais été des au revoir, et pourtant.
Je me demande encore à quoi ressemble un adieu définitif.
Mais je l'appréhende.
Les adieux me rendent amoureuse, parce que je suis comme ça, convaincue qu'aimer c'est douloureux.

03 juin 2010

Trompe-l'oeil

Les cheveux aussi courts, il est au moins cinq ans plus jeune et ça le rend beau et ça me rend folle parce que c'est comme si on avait des années encore devant nous pour faire les fous et s'en foutre un peu.
Instantanément j'ai le sentiment qu'on a tout à coup ce que jamais on n'a eu. On a du temps.

Mais ce ne sont que des cheveux, qu'un trompe-l'œil, que de faux espoirs. Je suis superficielle. Et trop naïve. Du temps, on n'en aura jamais, nous deux.

01 juin 2010

Il y a plus de trois ans

La lumière blanche sur mon oreiller me rappelle la nuit où, dans un rayon de lune, il avait chuchoté à mon oreille « je crois que je suis amoureux. »