25 avril 2009

Le sens de l'amitié

Je découvre que ça peut être autre chose qu'un poignard dans le dos.
Pépite de cuivre, tu es une mine d'or.

22 avril 2009

Encore

J'aurais voulu me péter la fiole en deux, rire à en avoir mal au ventre, danser jusqu'à perde la tête, faire l'amour jusqu'à ce que le soleil se lève, dormir quelques heures et déjeuner comme si je n'avais pas mangé depuis des jours.

J'aurais voulu. Mais je ne sais pas faire tout ça... seule.

Einmal ist keinmal.

16 avril 2009

80

La neige fond sous le soleil, il n'y a aucun nuage dans le ciel, on dirait même que le sol veut verdir. Les érables coulent, Normand produit du sirop en quantité, avec Guillaume, comme tu l'as souhaité il y a presque trois mois. D'ailleurs, on vient d'apprendre qu'il y a presque trois mois, Mimi est tombée enceinte. Moi j'ai donné mon dernier cours ce matin, j'ai terminé mon bac aujourd'hui, j'aurais voulu courir chez toi sitôt la cloche sonnée. Il me semble que tout aurait plus de sens si tu étais toujours ici. Aujourd'hui tu aurais eu 80 ans.

06 avril 2009

Le plus agréable dans la rédaction d'un travail: le dictionnaire.
On y trouve tellement de choses.

"Dans la réalité comme dans la conscience et la représentation, la tridimensionnalité humaine se perd, se réduit et se fige (Traité sociol., 1968, p. 372)."

Décision

Et s'il s'agissait d'un simple choix?
S'il suffisait de le décider?

Je veux être heureuse!

Peut-être qu'il faut y croire aussi?

04 avril 2009

Féérie

La pluie frappe dans les fenêtres du nord-est, les arbres sont violemment secoués, tout est gris, on dirait que le soleil a décidé de faire la grasse matinée. Je crois que c'est ça qu'on appelle un temps à ne pas mettre un chien dehors. Et je trouve ça féérique. On dirait l'automne. Mais la session achève, la dernière session de mon bac achève. Pour la dernière fin de semaine de travail acharné, j'obtiens cette météo. Je suis seule dans la maison et je le serai toute la fin de semaine. Tout conspire à me donner les conditions de travail idéal... et je n'avais rien demandé.

Je ne sais pas si c'est causé par la fin de cette étape qui se concrétise... ou le commencement d'une autre... Mais j'ai une émotion que je ne sais pas décrire. J'ai l'impression de l'éprouver pour la première fois. Ça ressemble au bonheur. Ça ressemble à la conviction d'être sur le bon chemin, à la sensation d'être là où il le faut.

Pourtant ce n'est qu'une journée pluvieuse.
4 avril... Il n'y a rien de particulier à cette date? Je me suis levée avec cette idée. Il me semble que le 4 avril, il y a quelque chose.

03 avril 2009

Encore une messe

Est-ce que le sentiment que j'ai toujours appelé pitié chez moi est différent de la pitié que Dieu peut éprouver? Soit ma vision a toujours été erronée, soit je ne pourrai jamais comprendre que l'on répète sereinement "Seigneur, prend pitié de nous."

Mais alors, si ce que j'appelle pitié est autre chose, qu'est-ce donc?

01 avril 2009

Foi

Il parlait bien, prononçait chacune des syllabes, calme. Puis la porte a claqué, une voix rauque a violé la sacristie. Concentré à ne pas détourner le regard, il tentait de poursuivre son sermon, mais malgré lui, le rythme de ses mots accélérait et une syllabe sautait; il rougissait alors un peu, à peine, se colorait d'un rose qui se mariait bien au violet de son chasuble.

Il m'inspirait confiance. J'avais envie de croire tous ses mots, envie de chanter avec lui les prières, envie de m'agenouiller comme les autres. Mais comment faire? Ses paroles ne font pas de sens, je ne sais pas de qui il parle, je ne comprends pas le rituel de la communion. Je voudrais juste me retrouver, le temps d'une messe, dans l'esprit d'un croyant, et saisir enfin la foi.

Pendant qu'ils faisaient la file pour recevoir le corps du Christ, j'ai réfléchi... j'ai passé en mémoire les gens qui ont traversé ma vie. Le contact avec les autres me paraît toujours difficile. Sauf avec ces quelques personnes dont la foi est illimitée. Avec eux j'ai envie de parler, j'ai envie d'être vraie, avec eux je me sens vraie. Je ne sais pas si c'est la fascination que j'éprouve envers leur foi qui m'attire à eux, si c'est l'espoir que la confiance en la vie soit contagieuse, mais face à eux, j'ai l'impression que c'est possible de croire en moi.