29 juin 2007

Marge

Le plus gros des plants de patates en est un qui a poussé entre les rangs.

25 juin 2007

Si les doryphores étaient utiles, pourquoi la nature, si bienveillante, aurait-elle choisi de donner à leurs oeufs la couleur orange?

Au départ, ça ne devait être qu'une minuscule opération, une marche de quelques minutes à peine, les pieds nus dans la terre riche en fumier, en fourmis minuscules et en araignées. Ôter quelques mauvaises herbes, juste comme ça, parce que j'étais dans le coin.
Mais ça s'est rapidement transformé en une chasse sanguinaire. D'abord dédaigneuse, je suis devenue assoiffée de sang orange et de carapaces rayées à décapiter. J'ai écrasé les premiers du bout des doigts en retenant mon souffle, puis mes mains se sont salies, tachées, sont devenues intransigeantes.

Je les surprenais presque toujours en couple (c'est vrai que la matinée était belle pour l'amour au soleil) et j'avais alors un petit pincement (à peine perceptible) au coeur au moment de les séparer, puis je me souvenais que c'était d'abord par l'union de deux êtres que ces bébés (répugnants) voyaient le jour. Moment de lucidité ponctuelle, puis je reprenais la guerre avec moins de pitié encore. J'ai passé les huit rangs au peigne fin dans cette espèce de transe sous le soleil (qui m'a peut-être donné un coup), et quand je me suis relevée, les jambes un peu raides d'avoir été pliées si longtemps, la tête qui tournait, je suis comme redevenue moi, étonnée d'avoir tant tué ce matin, et de l'avoir fait avec tant d'ardeur. Puis j'ai pensé qu'on (que je) prenait probablement plaisir au mal, et que ça ne se limitait certainement pas à écraser des bébittes à patates entre deux roches plates.

21 juin 2007

Je suis un clown mal déguisé, et même pas maquillé.